Sur la démocratisation culturelle

Bonjour,

je remets en circulation des documents qui peuvent servir à la réflexion autour des questions de démocratisation culturelle.

Bonne lecture!

article d’Olivier Donnat sur la démocratisation culturelle

Laurent Martin La démocratisation de la culture en France (version française IJCP)

La démocratisation culturelle (article_quad_0987-1381_2005_num_58_1_1679)

Après le congrès de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle

Bonjour,

comme promis ici même la semaine dernière, voici un nouveau post sur l’actualité de l’histoire culturelle.

Je vous annonçais la tenue du congrès annuel de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle à l’INHA samedi 24 septembre. J’ai assisté à la matinée, consacrée à l’assemblée générale (rapports moral et financier) et à la conférence, donnée cette année par le médiéviste Jean-Claude Schmitt, directeur d’études émérite à l’EHESS. Je n’ai malheureusement pas pu assister à la table-ronde de l’après-midi, consacrée à la question de la biographie.

Quelques mots d’abord sur l’ADHC. Cette association, qui existe depuis 2001, rassemble aujourd’hui une soixante de membres qui travaillent dans le domaine de l’histoire culturelle ou qui s’y intéressent. Tous ne sont pas universitaires ni historiens ni contemporanéistes – mais la plupart le sont. Elle est présidée depuis ses débuts par l’historien Pascal Ory, professeur à l’université de Paris 1 et auteur d’un grand nombre d’ouvrages qui ont contribué de manière décisive à installer la spécialité de l’histoire culturelle dans le paysage intellectuel et universitaire français à partir des années 1980. Elle réunit ses membres une fois l’an – le dernier samedi de septembre -, leur remet un bulletin contenant les textes du congrès de l’année passée, des positions de thèses et autres éléments intéressants, ainsi que la lettre de l’association, réalisée par l’historien Philippe Poirrier, qui rassemble toute une série d’informations sur les séminaires, colloques, publications etc. touchant de près ou de loin l’histoire culturelle, française ou étrangère. Vous pouvez y adhérer vous-même et glaner des éléments qui vous intéressent en allant sur le site de l’association à cette adresse :

http://www.adhc.asso.fr/

L’association dispose également d’une page Facebook :

https://www.facebook.com/Association-pour-le-d%C3%A9veloppement-de-lhistoire-culturelle-225015994323677

Comme je l’écrivais, je n’ai pu assister à la table-ronde consacrée à la biographie. Voici quand même quelques éléments qui vous donnent une idée des propos échangés.

Cette Table ronde était animée par Pascale Goetschel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), avec François Chaubet (Université Paris Ouest), François Dosse (Université Paris Est Créteil Val-de-Marne), Emmanuelle Loyer (IEP Paris), Gisèle Sapiro (EHESS), Jean-Claude Yon (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Le genre biographique, qui consiste à écrire l’histoire de vies particulières, longtemps prisé, demeure d’une brûlante actualité. En témoigne la vogue éditoriale des biographies, et précisément des biographies dites historiques. Il n’en demeure pas moins que la biographie a été, et reste, l’objet d’une série de suspicions de nature différente. Le  genre a pu être, tour à tour, considéré comme trop littéraire, suspect de véhiculer une histoire trop anecdotique ou accusé de privilégier de manière abusive l’individuel sur le collectif. A rebours, il a aussi été accusé de servir de simple illustration à une histoire plus large des sociétés, désincarnée. Il est vrai que la biographie historique a prêté, et prête encore, le flanc à de telles critiques : dominent souvent le choix quasi systématique des « grands hommes », la production de sommes détaillées à l’extrême ou la publication de récits événementiels sans souci de compréhension des phénomènes sociaux, politiques, économiques ou culturels dans lesquels les trajectoire individuelles se déroulent. A contrario, toute une histoire soucieuse de mettre en évidence les mécanismes globaux à l’œuvre dans le fonctionnement des sociétés continue à se défier de cette approche par le singulier.

Cependant, sans aller jusqu’à parler de « retour de la biographie » dans les années 1980 – dans la mesure où elle n’a jamais disparu –, on peut noter que les historien-nes-s’en sont emparé depuis quelque trente ans, et surtout récemment, lestés d’interrogations inédites, porteurs de nouvelles manières de faire et non dupes de l’« illusion biographique » mise en évidence par Pierre Bourdieu. Tel est l‘enjeu de la table ronde : analyser les formes contemporaines de la biographie et, ce faisant, réinterroger l’écriture de l’histoire. Parmi les questions qui y seront abordées, peuvent être retenues : les formes narratives ; le lien avec d’autres sciences humaines et sociales (psychanalyse, sociologie, anthropologie, approche littéraire ou musicologique…) ; la place accordée à la postérité des individus et à leurs  mémoires dans la construction du récit ; les usages de leurs biographies par les acteurs eux-mêmes ; la place des hommes seconds, des figures ordinaires et des femmes ; le lien entre portraits individuels et collectifs. Autant d’interrogations qui rejoignent celles de l’ADHC depuis sa création.

 

La conférence du matin, passionnante, était assurée par Jean-Claude Schmitt, sur les « rythmes au Moyen-Age ». En voici un bref compte-rendu, en style télégraphique, un peu décousu et qui doit encore comporter quelques fautes (je ne l’ai pas réécrit complètement). Mais c’est toujours ça!  conference-jc-schmitt-copie

jean-claude-schmitt-700-1rythme-moyen-age_0

 

 

 

 

A l’année prochaine pour le prochain congrès. Et à la semaine prochaine pour le prochain post!

C’est ma rentrée!

Bonjour à tous,

la date est écrite noir sur blanc, irréfutable : mon dernier post remonte à… février 2016! A peine croyable et pourtant…

Que s’est-il passé? Comment justifier ce long silence? Est-ce que je n’aurais rien fait depuis six mois?

Au contraire : j’ai fait trop de choses, le rythme a été trop intense et je n’ai pas réussi à suivre. Les urgences s’enchaînaient les unes aux autres, m’enchaînaient à mon banc de rame et je ne trouvais plus le temps, ni l’envie, d’alimenter ce blog. Entre surmenage et périodes de complet relâchement, ce pauvre blog n’avait aucune chance. Il faudra un jour que je décrive la vie ordinaire d’un universitaire ordinaire dans la France d’aujourd’hui, et notamment cette course incessante contre la montre. Quand j’en trouverai le temps…

En attendant, j’ai pris, rentrée oblige, de bonnes résolutions. Par exemple celle-ci : chaque semaine, trouver une heure, plus si je peux, pour poster un nouveau billet sur ce blog. Histoire de faire plaisir à mes nombreux lecteurs qui désespéraient d’avoir de mes nouvelles – et je remercie ceux qui m’ont, par divers canaux, fait part de leur amicale impatience.

Comme par le passé, ce blog professionnel me servira à communiquer  avec mes étudiants à Paris 3, à Sciences Po ou à Ina Sup mais aussi, plus que par le passé peut-être, à m’adresser à à tous ceux qui passeraient là par hasard ou par ouï-dire, aux curieux et aux « passants honnêtes », comme chantait Brassens, et même à ceux qui ne le sont pas!

J’y parlerai surtout de mon « actu », articles et livres à paraître ou parus, conférences et colloques auxquels j’aurai assisté ou participé, mais aussi, peut-être, de choses diverses et variées qui touchent de près ou de loin à mes centres d’intérêt dans le domaine intellectuel et professionnel : politiques culturelles, relations culturelles internationales, histoire intellectuelle, médias et censure, contre-culture, arts et société, philosophie et épistémologie de l’histoire, BD, SF et Fantastique…

Vaste programme, me direz-vous. Le tout est de s’y mettre.

Je commence aujourd’hui avec l’annonce du prochain congrès de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle (ADHC) qui se tiendra samedi prochain, 24 septembre, à l’Institut national de d’histoire de l’art, à Paris. En voici le programme, ici :

le-congres-annuel-de-lassociation-pour-le-developpement-de-lhistoire-culturelle

Et j’en profite pour poster également la dernière lettre en date de l’ADHC, réalisée comme les précédentes par Philippe Poirrier, source indispensable pour connaître l’actualité de l’histoire culturelle en France.

lettre-adhc-n143-aout-septembre-2016

J’espère que vous pourrez vous aussi assister à ce congrès qui s’annonce passionnant. Et j’espère trouver le temps d’en faire un rapide compte-rendu pour ceux qui ne pourront pas venir.

A bientôt donc! Dans une semaine plutôt que dans six mois…