Retour à NY

Premier post de New York, où je suis arrivé en fin de semaine dernière.  Retrouvailles avec la ville où je n’étais pas revenu depuis vingt ans (et même davantage). Longues marches le nez en l’air, à tenter d’apercevoir, sur le faîte des gratte-ciels, les célèbres citernes qui alimentent en eau les immeubles de plus de six étages en même temps qu’elles constituent des réserves en cas d’incendie… Tous les must-see de la ville, ou plutôt de l’île de Manhattan, ont été passés en revue durant cette semaine très touristique et j’ai retrouvé tels que dans mes souvenirs Central Park et le Metropolitan Museum of New York, l’Empire State Building et le pont de Brookyn, les taxis jaunes et les boîtes aux lettres bleues…

Seul changement majeur depuis mon dernier passage : la disparition des tours emblématiques du World Trade Center, tombées le 11 septembre 2001. A leur place, deux gigantesques bassins de pierre noire qui portent, gravés sur leur pourtour, les noms des victimes des attentats. Deux cavités noires bordées de chutes d’eau là où se dressaient les tours jumelles… Très impressionnant. La visite du musée, tout à côté, l’est également, avec les vestiges des tours, les objets qui témoignent de la brutalité de l’événement, et les portraits des victimes dont chacun renvoie à une histoire, une vie, brutalement arrêtée que l’on peut découvrir en feuilletant la base de données… Mais je pensais aussi, en déambulant dans ce mausolée souterrain qui a dû coûter une fortune, à toutes les victimes de la guerre et du terrorisme dans le monde qui n’auront pas droit à un tel hommage, à tous les anonymes qui tombent chaque jour sous les bombes, en Syrie, en Irak, et qui resteront à jamais sans portrait, sans récit, sans musée…

Le Memorial :

img_4653

Le musée, où l’on peut voir notamment la « dernière colonne », ancien support de la tour sud, la dernière poutre à avoir été retirée des décombres de Ground Zero :

img_4657

Une maquette des tours jumelles, dans le musée :

img_4659

Et l’actuelle Freedom Tower, ou One World Trade Center, plus haut gratte-ciel de l’hémisphère nord avec ses 104 étages et ses 541 mètres, flèche comprise (ou 1776 pieds, chiffre symbolique en ce qu’il évoque l’année de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis) :

img_4651

 

Plus léger : New York fête demain Halloween. D’ores et déjà, on ne peut pas faire un pas dans les rues sans tomber sur une citrouille, un squelette… Les magasins de déguisement et de farces et attrapes ne désemplissent pas et les vendeurs peinent à répondre à la demande. Les jeunes, en particulier, circulent déjà dans les rues et le métro sous les apparences les plus extravagantes et les plus macabres… Il y aura parade, demain, sur la 6e avenue, et j’espère pouvoir faire quelques belles photos. Thème de cette année : Reverie…

happy

Comme l’écrit fort justement Cécile David-Weill, écrivaine qui a vécu (vit toujours?) à New York, les parades servent d’abord à rapporter de l’argent, en attirant des touristes. Elles sont aussi l’occasion de faire la fête. Et de célébrer la diversité des communautés et des quartiers qui les prennent en charge. « Une reconnaissance symbolique de leur identité et de leur appartenance à la nation, dont nous aurions sans doute intérêt à nous inspirer en France pour notre politique d’intégration »… Certes. Mais ceci ne s’applique pas forcément à Halloween, fête à la fois moins « communautaire » et plus « jeune » (à moins de dire que les jeunes forment une communauté à part entière, et ça ne serait pas forcément faux). Cela m’a en tout cas donné l’occasion de parler de ce petit livre bien fait, sobrement intitulé « Chroniques de New York » (Grasset 2013) avec lequel je vous laisse… jusqu’à bientôt. Happy Halloween!

LM

81oqhdzutql

 

 

Multiculturalisme

Bonjour,

le thème de cette semaine est le multiculturalisme. La notion est aujourd’hui bien décriée, tout particulièrement en France, où elle est couramment associée à celle de communautarisme voire de néo-tribalisme. Pourtant, on pourrait en faire une lecture bien plus positive, en tout cas plus nuancée. C’est ce que je m’efforce de faire dans un texte issu d’une communication prononcée à la commission française de l’Unesco voici un an – déjà! Je dirais les choses sans doute un peu différemment aujourd’hui mais j’aurai sans doute bientôt l’occasion de reformuler ma pensée sur le sujet.

Ce texte a été publié sur le carnet de recherche du Comité d’histoire du ministère de la Culture en 2015, une adresse bonne à connaître et à fréquenter pour qui veut se tenir au courant de l’actualité de la recherche sur les rapports entre culture et politique.

Voici donc le texte…

article-pour-les-carnets-de-recherche-sur-polq-cult-et-multicme2

… et l’adresse où vous pouvez consulter le carnet de recherche :

http://chmcc.hypotheses.org/

Je signale aussi la parution toute récente du troisième numéro d’un magazine intitulé D’ailleurs et d’ici, consacré à la question des arts et de la culture « face à la France plurielle » (c’est le sous-titre du numéro). « (R)évolution culturelle » en cours? En tout cas, assurément, du grain à moudre en faveur d’une conception ouverte de la diversité culturelle.

affiche_500-1-239x300

Vous trouverez le site de l’association MultiKulti Media à cette adresse : http://differentnews.org/

Speaking of multiculturalism… Je m’envole dans quatre heures pour New York où je resterai sept semaines, grâce à une invitation de l’Institute for French Studies de New York University. Je donnerai des nouvelles de la « grosse pomme » dans mes prochains posts (notamment de l’ambiance électorale qui règne en ce moment aux Etats-Unis) mais je voudrais ici exprimer ma gratitude envers Katie Kirkpatrick qui m’a aidé à dé-rouiller mon anglais au fil de conversations par skype ces dernières semaines.  Il y avait du boulot (il y en a toujours, d’ailleurs!)…

Si vous cherchez une prof d’anglais à la fois sympa et très pro, je ne saurais trop vous la recommander. Vous trouverez son blog à cette adresse :

https://avanceenglish.wordpress.com/

kk

Merci Katie et à bientôt!

That’s all for the moment, folks!

LM

La vie intellectuelle en France

Bonjour,

le post du jour sera consacré pour l’essentiel à la sortie du livre dirigé par Christophe Charle et Laurent Jeanpierre La Vie intellectuelle en France.

003ff8d4

Entreprise scientifique et éditoriale de grande ampleur, avec pas moins de 130 auteurs et deux tomes, le premier couvrant la période allant des lendemains de la Révolution française à la veille de la Première Guerre mondiale, le second prenant la suite jusqu’à nos jours.

Les auteurs se sont abondamment exprimés sur le projet ; vous trouverez par exemple une intéressante interview donnée aux Inrockuptibles ici :

http://www.lesinrocks.com/2016/09/19/idees/vie-intellectuelle-francaise-riche-11865385/

L’article des Inrocks est illustré d’une photo de Pierre Bourdieu, mort en 2002. Je préfère publier la photo des deux maîtres d’oeuvre, Laurent Jeanpierre (à gauche) et Christophe Charle (à droite) qui, eux, sont bien vivants!

christophe-charle-laurent-jeanpierre_1_730_487

Voici quelques notes prises lors d’une soirée aux Bernardins au cours de laquelle ils avaient présenté leur projet, voici une quinzaine de jours :

la-vie-intellectuelle-charle-et-jeanpierre-cr-soiree-20092016

Vous trouverez dans le deuxième tome de ce « monument » (qui n’en est pas un selon ses directeurs, au sens où il n’est dressé à la gloire de personne) trois articles écrits par votre serviteur, sur « le régime intellectuel des arts », « l’avant-garde officielle » et les « cultures populaires ». Il est évidemment prématuré de les poster sur ce blog. Pour ceux qui aimeraient disposer de quelques textes touchant à ce sujet de la vie intellectuelle, je les renvoie plutôt à deux dossiers publiés dans la revue de Sciences Po Histoire@Politique que vous pouvez trouver à cette adresse :

http://www.histoire-politique.fr/

Ce sont les numéros 15 (2011/2) sur la circulation internationale des savoirs et 20 (2013/2) sur le centre culturel international de Cerisy – qu’avait co-dirigé avec moi l’ami Laurent Jeanpierre. Il faudra que je vous parle de Cerisy dans un prochain post.

C’est tout pour aujourd’hui!

LM

Non, encore un mot, pour signaler la sortie de la lettre de l’Association pour le développement de l’histoire culturelle envoyée par un autre ami et néanmoins collègue, Philippe Poirrier. La voici en pdf ; vous pouvez aussi la retrouver sur le site de l’ADHC.

lettre-adhc-n144-octobre-2106

 

 

Documents sur la politique culturelle française

Bonjour,

je poste ici un certain nombre de documents qui pourront intéresser aussi bien les étudiants d’INA Sup que ceux du master Conception et direction de projet culturel de Paris III – et d’autres lecteurs qui travaillent sur l’histoire ou l’actualité des politiques culturelles françaises.

Des documents liés à l’histoire des politiques culturelles en France:

160329-martin-la-politique-culturelle-focus

la-politique-culturelle-de-la-france-depuis-1945version3

Des documents liés à la question des industries culturelles :

cover-cultural-industries-and-cultural-policy-doc-cultural_industries_and_cultural_policy_lsero

theorie-critique-et-industrie-culturelle-grm-375-4-notes-sur-la-theorie-critique-et-sur-l-industrie-culturelle

D’autres documents liés à la question du patrimoine :

pomian-sur-patrimoine

martin-article-patrimoine-2015

Des documents statistiques mis en ligne par le ministère de la Culture et de la Communication :

Projet de loi de finance 2017 (montrant un incontestable effort budgétaire en faveur de la culture, dans un contexte pré-électoral) :

budget-mcc-plf-2017

Et les chiffres clefs de la Culture 2013 (les derniers disponibles en ligne ; mais vous pouvez trouver les versions plus récentes en version papier dans les bibliothèques… et les librairies! La dernière édition date de mai 2016) :

chiffres-clefs-culture-2013

Enfin, je signale la parution d’une très intéressante étude du DEPS sur les représentations de la culture par les Français – sur laquelle il faudra que je revienne dans un prochain post.

vignette-ce-2016-1_medium

Jean-Michel Guy, qui en est le maître d’oeuvre, présente ainsi cette enquête :

« Que recouvre le terme de « culture » dans l’esprit des Français, quelles sont les représentations spontanées qui lui sont associées et à quels registres renvoient-elles ? Pour le savoir, et dans la perspective de la reconduite de l’enquête décennale sur les pratiques culturelles des Français réalisée depuis 1970 par le ministère de la Culture et de la Communication, le Département des études, de la prospective et des statistiques a mené, auprès d’un échantillon de 1500 personnes représentatives de la population française, une étude sur les représentations et les valeurs associées à la culture.

Les évocations spontanées de mots et expressions pour référer à la culture peuvent être regroupées, selon leur proximité sémantique, en 28 registres. Le premier d’entre eux, mobilisé par 41 % des Français, fait référence au savoir et à la connaissance, le deuxième à la littérature et à la lecture et le troisième à la musique et à la danse. Si l’on observe un consensus autour du patrimoine et des arts, mais aussi des voyages, de la science et de la cuisine comme faisant partie de la culture dans tous les cas, des lignes communes de rejet se dessinent également, excluant du champ culturel les émissions de télé-réalité et les séries télévisées, les jeux vidéo ou les parcs d’attraction.

Quatre grands types de conception de la culture se dégagent : le libéralisme culturel (tout est culturel), l’éclectisme critique (tout est potentiellement culturel, selon certains critères), le classicisme (le champ culturel n’est pas extensible) et l’attitude contestataire (la vraie culture est ailleurs). Si les jeunes (15-24 ans) incluent volontiers dans la culture des modes d’expression et des formes de culture médiatique, et les femmes un plus grand nombre de contenus et d’activités que les hommes, on observe globalement une faible influence des variables qui déterminent historiquement la participation culturelle, en particulier l’origine sociale. Tout se passe comme si une représentation commune de la culture assez extensive s’était imposée et traversait tous les groupes sociaux. »

Bonne lecture!

LM