Premiers textes pour le cours Regards sur la culture au XXe siècle

Bonjour,

je poste ici les deux premiers textes que nous étudierons dans le cadre du cours M7M202 « Regards sur la culture au XXe siècle » : la Tragédie de la culture de Georg Simmel et le Malaise dans la culture de Sigmund Freud.

Deux textes qui ne sont évidemment pas sans rapports, écrits par deux intellectuels juifs de langue allemande du début du XXe siècle et qui s’efforcent de comprendre les mutations de la civilisation européenne de cette époque.

m7m202-1-g-simmel-la-tragedie-de-la-culture

m7m202-2-s-freud-le-malaise-dans-la-culture

J’aurai l’occasion de compléter ce post par la suite.

Bonne lecture!

LM

Première séance du séminaire Culture / Communication jeudi 12 janvier

Bonjour à tous,

et de nouveau, tous mes voeux pour une grande et belle année 2017.

Elle commence sur les chapeaux de roue, côté universitaire, avec le lancement du séminaire « Culture et  Communication : une histoire politique et culturelle » jeudi prochain, 12 janvier, à l’université de Paris III.

La communication, les médias – en particulier audiovisuels – les industries du son et de l’image font-ils partie, de plein droit, de la culture, entendue comme l’ensemble des formes d’expression et de représentations d’une société ? Ou en sont-ils la part maudite, le jumeau disgracieux, le double dangereux, voué au loisir, au divertissement, à l’abrutissement ou à l’aliénation des « masses », une forme dévaluée de culture, une sous-culture, une non-culture ? Cette interrogation travaille les esprits depuis au moins un siècle – davantage si l’on remplace « médias » par « presse » – tout particulièrement en France, et demeure la toile de fond de nombre de débats actuels. Le séminaire de recherche vise à en explorer certains aspects, sans prétendre les embrasser tous.

Il s’agira de comprendre, dans un premier temps, comment et pourquoi le domaine de la communication, tenu en longue méfiance par les milieux culturels, a fini par devenir un domaine central de l’action du ministère de la culture. Le séminaire s’intéressera à l’histoire des relations politiques, administratives, institutionnelles entre deux champs présentés d’abord comme séparés voire opposés qui se sont progressivement rapprochés au point parfois de paraître se confondre, en particulier autour de ce que l’on a appelé, à partir des années 1970, les « industries culturelles » – pluralisation d’un terme conçu au départ au singulier pour dénoncer l’appariement monstrueux de deux réalités qui devaient demeurer distinctes.

Six séances, à raison d’une séance par mois de janvier à juin, permettront d’examiner l’histoire de ce rapprochement et de cet accouplement que d’aucuns persistent à considérer comme étant contre nature : l’histoire des rapports entre Culture et Communication, de la Libération au milieu des années 1970 (12 janvier) ; l’élaboration d’une socio-économie des industries culturelles, des années 1960 aux années 1990 (2 février) ; la radio, du monopole d’Etat à la libéralisation des ondes (16 mars) ; l’histoire institutionnelle du milieu des années 1970 aux années 1990 (jeudi 6 avril) ; le paysage audiovisuel français dans les années 1980-1990 : lois, instances de régulation et cahiers des charges (11 mai) ; d’autres modèles nationaux, une perspective comparatiste des rapports entre Culture et Communication (6 juin), autant de thèmes qui seront traités à la fois par des spécialistes, souvent universitaires, de la question et par un ou des acteurs de cette histoire du temps proche qui viendront témoigner de leur expérience.

Ce projet de recherche, lancé par le Comité d’histoire du ministère de la Culture et soutenu par l’Institut national de l’audiovisuel et l’université de Paris III Sorbonne-Nouvelle, a vocation à rassembler un public double : celui, spécialisé, des chercheurs en sciences de l’information et communication, ou en histoire et sociologie de la culture ; celui, plus large, des professionnels intervenant dans le domaine des médias, des politiques et de la médiation culturelles. Il a pour but de mieux comprendre et faire comprendre le rôle croissant joué par les questions de communication au sens large dans la définition d’une politique culturelle qui englobe des phénomènes liés à la culture de masse et aux cultures populaires, aux industries culturelles et créatives, aux médias audiovisuels et numériques.

Les lieux des réunions changeront selon les séances. La première est programmée à l’université de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, 13 rue de Santeuil dans le 5e arrondissement de Paris, bâtiment D, amphi D 02, jeudi 12 janvier, de 16h à 19h. Y participeront, outre votre serviteur : Jean-Noël Jeanneney (historien, professeur émérite, ancien secrétaire d’Etat à la Communication) , Rémi Tomaszewski (inspecteur général des Affaires culturelles, ancien directeur général de l’AFP), Claire Blandin (professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université de Paris 13) et Jamil Dakhlia (professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Paris 3).

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles mais vous devez vous inscrire à cette adresse : comitehistoire@culture.gouv.fr

affiche_12janvier

Venez nombreux!

LM